Géographie de l'énergie
31/08/07

Dans un ouvrage qui vient de paraître chez Belin, Bernadette Mérenne, Professeur de géographie, aborde les différentes facettes (techniques, politiques, économiques et environnementales) de l’étude de l’énergie en privilégiant l’analyse spatiale.

L’énergie est devenue un problème –du moins dans l’esprit du grand public occidental- en 1973 avec le premier «choc pétrolier». Depuis lors, les médias traitent quotidiennement des ressources énergétiques, de la consommation ou des conséquences de son utilisation sur l’environnement. Cette dernière problématique a d’ailleurs pris une ampleur particulière depuis les mises en garde contre le réchauffement climatique. Dans ce concert d’avis, dominent les voix des ingénieurs, des économistes, des politiciens et des environnementalistes. Celles des géographes sont plus discrètes. Pourtant, comme le fait remarquer le Professeur Mérenne-Schoumaker, leur discipline est fortement concernée par l’énergie.

Merenne 4.5. FR
L’énergie a beaucoup été enseignée par les géographes dans les années 80, mais elle l’est moins aujourd’hui. Sans doute, selon le Professeur Mérenne, parce qu’il faut maîtriser de plus en plus de notions pour ce faire : énergies et acteurs se sont diversifiés tandis que les enjeux, notamment les conséquences de la consommation, ont pris une ampleur ignorée jusqu’à ces dernières années. Les géographes sont cependant concernés par l’énergie car le regard qu’ils lui portent est tout à fait spécifique. Il est en effet lié à leur sens spatial qui leur permet de manier des concepts comme la localisation, la structure spatiale, le mouvement et l’analyse des territoires.

Page : 1 2 suivante