Surmonter les caprices d'Ariane
20/07/07

Lettres de noblesse pour Ariane 5

Avec l’entrée en scène de la version Ariane 5, l’Europe se met vraiment à la mode de la propulsion hydrogène-oxygène (propergols cryogéniques), écologiquement propre. L’étage principal du lanceur lourd européen est propulsé par le puissant moteur Vulcain. Le comportement de l’oxygène liquide dans les rouages de sa turbopompe, développée par la société italienne Avio, est à surveiller. Des problèmes d’étanchéité et de fiabilité sont rencontrés. Il faut notamment vérifier l’étanchéité de vannes cryogéniques réalisées par la firme Techspace Aero pour le propulseur Vulcain. Ce sont les performances et les coûts d’Ariane 5 pour son exploitation commerciale qui sont en jeu. L’ESA et le CNES font alors à nouveau appel au service EMT de l’Université de Liège.

Turbopompe

En 2001, un investissement public d’environ 2 millions d’euros permet à l’EMT d’aménager son site d’essais cryotechniques sur 4.000 m² dans un endroit isolé du campus du Sart Tilman. Cette infrastructure sécurisée avec bunker a été conçue par les professeurs Albert Germain et Jean Bozet avec l'aide de Jean-Luc Bozet. Elle complète le banc de test du roulement de la turbopompe oxygène de l’actuel propulseur HM7B. Elle comprend deux tribomètres qui mettent à l’épreuve la compatibilité des matériaux avec l’oxygène liquide, ainsi qu’une machine à palier polyvalente que la société MAN Technologie a contribué à financer dans le but de tester des paliers hybrides pour la propulsion du futur. Son rôle dépasse le contexte des systèmes spatiaux. Equipé pour évaluer le comportement de matériaux à de très basses températures, ce site est mis à disposition de toute entreprise confrontée à la manutention ou à l’utilisation de fluides cryogéniques, tels que l’oxygène et l’azote à l’état liquide.

Page : précédente 1 2 3 4 suivante