XVIIème siècle : courage, les précurseurs !
06/04/12

Ils sont les héritiers de l’Humanisme, éclos à la Renaissance. Et ils préparent le Siècle des Lumières, qui consacrera le triomphe des esprits libres sur « l’obscurantisme ». Mais qui sont donc les penseurs du XVIIème siècle ? Ils s’appellent Galilée, Locke, Hobbes, Pascal, Spinoza, Descartes, Leibniz, Kepler, Huygens ou encore Gassendi… On les dit philosophes, mais ils sont aussi mathématiciens, astronomes, logiciens et, parfois, sacrément bricoleurs. Ils inventent la machine à calculer, le télescope, la probabilité, le calcul infinitésimal, la gravitation universelle et consacrent les idées de Copernic : la Terre n’est plus le centre de l’Univers. Tous ne craignent plus Dieu, mais ils se méfient des religions qui se font la guerre et redoutent, par-dessus tout, les rigueurs de l’Inquisition. Car l’Eglise n’aime pas ces penseurs qui rendent caducs les dogmes imposés au Moyen-âge, et le Saint-Office est aussi prompt à utiliser la torture. La plupart de ces savants  boudent l’université encore engluée dans la théologie médiévale, beaucoup s’esquivent pour échapper aux persécutions, mais tissent malgré tout des réseaux qui les aident à survivre et, parfois, à imposer leurs découvertes. C’est cette aventure passionnante, parsemée de découvertes, de drames, mais aussi d’anecdotes savoureuses, qui nous est racontée par Olivier Donneau, collaborateur scientifique de l’ULg, dans son article A l’émergence de la modernité, l’histoire des idées au XVIIème siècle (1).

Les historiens des idées ont classé les penseurs de certaines époques dans des catégories qui semblent les englober tous, sans beaucoup distinguer les individualités. Ainsi, les intellectuels de la Renaissance, au XVIème siècle, sont, pour la plupart, qualifiés d’«humanistes». Qui dit humanisme pense, par exemple, à Erasme, Machiavel, Thomas More,...  Deux siècles plus tard, les penseurs du XVIIIème seront le plus souvent confondus au sein du grand courant qui a marqué cette époque et continue d’inspirer le monde contemporain : la philosophie des LumièresKant, Montesquieu, Diderot, D’Alembert, Rousseau, Voltaire et tant d’autres qui ont  consacré le triomphe de la raison sur la foi, les croyances et l’obscurantisme. Rien de pareil, en revanche, pour les penseurs du XVIIème siècle. Comme s’ils étaient orphelins d’un courant dominant, ils n’ont pas été « rangés » dans un tiroir conceptuel particulier, et demeurent donc des individus de plein droit.

Il n’en reste pas moins que ces individus ont vécu, travaillé et sont morts à une époque caractérisée par des contextes politiques, idéologiques, culturels, sociaux et matériels bien précis, qui ont largement influencé le cheminement de leur pensée. Réinsérer ces individus dans leur temps, avec les horizons et les contraintes de l’époque : c’est le travail auquel Olivier Donneau s’est livré dans ce passionnant  travail sur la pensée au XVIIème siècle.

La guerre : un drame, une gêne, une chance

L’Europe reste alors marquée par les conflits religieux qui ont éclaté au siècle précédent. Les Habsbourg d’Espagne et d’Autriche la dominent pendant quelques décennies, puis la France s’impose. L’Italie n’est pas encore unifiée : elle reste morcelée et dominée par l’Espagne. Il n’y a pas encore d’Allemagne, mais une mosaïque de petits Etats formant le fragile Empire germanique, encore rétif aux mouvements de centralisation que connaissent déjà la France et l’Angleterre. Puissance émergente, la république des Provinces Unies, encore appelée « Hollande » ou « Pays-Bas du Nord », s’est libérée de la tutelle espagnole depuis peu. De 1618 à 1648, la Guerre de Trente ans, qui oppose au départ catholiques et réformés, ravage l’Empire germanique puis met aux prises toutes les puissances européennes. La seconde moitié du siècle sera marquée par les guerres que le roi de France Louis XIV entreprend pour agrandir son territoire.

Reforme_protestante

(1) Des savants en société : les penseus du XVIIe siècle au travail, in L’émergence de la modernité : l’histoire des idées au XVIIème siècle, Mons, UMons, publisher: Anne Staquet, Collection Approches (ISBN 978-2-87325-O67-6)(1) 

Page : 1 2 3 4 5 suivante