Le robot des champs
02/03/12

Détruire les mauvaises herbes et non les plantes cultivées a toujours été un problème, longtemps résolu par l'utilisation d'une abondante main d'œuvre puis par le recours aux herbicides. Il existe pourtant déjà des robots capables d'accomplir cette tâche si les mauvaises herbes sont entre les lignes de culture ou entre des plants régulièrement espacés. Mais lorsque plantes de culture et adventices sont mélangées? Des chercheurs de Gembloux Agro-Bio Tech ont mis au point une méthode de reconnaissance basée sur la hauteur des plantes.

Responsable du service Mécanique et construction  au sein de Gembloux Agro-Bio Tech, le Professeur Marie-France Destain, situe d'emblée les recherches que son laboratoire mène aujourd'hui: « Le service s'est toujours occupé de la mécanisation de l'agriculture. Mais depuis quelques années, nous avons mis l'accent sur les capteurs et les systèmes automatiques. La vision artificielle prend évidemment une place importante dans ce contexte. Mais c'est une vision artificielle un peu particulière puisque située dans un environnement extérieur, très différent d'un milieu industriel où il y a toujours le même éclairage par exemple. Ici, nous sommes en présence d'un éclairage fluctuant, d'un sol qui est très variable, etc. Les conditions environnementales changent constamment. Nous avons commencé par le contrôle de qualité de fruits et légumes et une spin off (Visar) qui propose des machines de tri en temps réel de carottes ou de pommes de terre a été créée. Nous avons aussi fait du contrôle de semences. Dans le cadre d'un nouveau master en sciences et technologies de l'environnement, notre expérience en vision a été réorientée vers des aspects environnementaux et nous sommes ainsi arrivés à la reconnaissance des adventices, c'est-à-dire les mauvaises herbes. C'est un challenge important puisqu'à l'heure actuelle, on utilise beaucoup d’herbicides avec les conséquences que l'on sait. Or, en agriculture biologique, les règlementations sont très strictes et, aujourd'hui, il faut presque toujours travailler de manière manuelle! Une société nous a donc contactés pour étudier l'idée d'un robot qui pourrait reconnaître et détruire les mauvaises herbes automatiquement. »

robot agriculture bio

Qu'il faille détruire les « mauvaises herbes » ou adventices, tout jardiner le sait: elles prennent la lumière, l'eau, les nutriments et l'espace au détriment des plantes qu'on veut cultiver. Sans parler des semences qu'elles ne manqueront pas de semer à tout vent. Chacun sait aussi qu'il existe plusieurs méthodes pour s'en débarrasser: chimiques, non chimiques, intégrées ou, le plus souvent, une combinaison de ces moyens. L'idée d'essayer de faire détruire ces adventices pas des robots n'est pas neuve. Il en existe déjà sur le marché mais ils ne sont utilisables que quand on connaît a priori l'écartement entre les lignes et entre les plantes (et que celui-ci est conservé bien sûr!).

Page : 1 2 3 suivante