Investir avec Internet
04/11/11

Jean-Marie Choffray n’a pas attendu la crise financière actuelle pour s’intéresser à la place qu’occupe Internet en tant que plateforme d’investissement. Les conséquences de cette crise sur les acteurs financiers que sont les banques d’investissement mais également les compagnies d’assurance, fonds de pension et hedge funds n’ont pas fini d’alimenter les débats. Comme le souligne l’auteur, cette situation exceptionnelle «invite à la modestie et souligne la nécessité de s’interroger sur la pertinence des concepts, modèles et outils décisionnels auxquels font appel les investisseurs institutionnels et les investisseurs individuels». La synthèse qu’il présente aborde ainsi la problématique du comportement dynamique des marchés, des entreprises et des investisseurs.

Publié cet été, L’Art d’Investir Avec Internet consacre 10 ans de recherches menées par Jean-Marie Choffray, professeur d’informatique décisionnelle à HEC-Ecole de gestion de l’ULg,  sur l’utilisation d’Internet en tant que plateforme d’investissement global (1). Comme il l’explique dans l’introduction de son texte, «l’objectif de cette synthèse est d’intégrer données (sites internet), concepts, heuristiques et modèles, en un ensemble cohérent de principes opérationnels d’aide à l’investissement. Mon ambition est que ces principes puissent vous aider, comme ils m’ont aidé, à développer des stratégies d’investissement pertinentes au travers d’internet. Avant de les adopter, je vous invite à conserver une attitude critique à leur égard et à les considérer comme autant d’hypothèses à explorer et à valider». La récente crise financière a amené nombre de commentateurs non seulement à s’interroger sur les investisseurs, quels qu’ils soient, et le rôle qu’ils ont joué dans l’apparition de cette situation exceptionnelle. Certains ont découvert que les marchés recelaient plus d’incertitudes que de certitudes et que l’information n’était jamais totalement complète. D’autres n’ont pas hésité, dans la foulée, à remettre en cause la science financière. Dans ce brouhaha, Jean-Marie Choffray apporte un éclairage original qui se base sur une discipline nouvelle.

Une nouvelle discipline pour investisseurs

Comme il l’explique, c’est l’intérêt qu’il portait dès les années 1980 aux modèles de réaction des marchés, à l’informatique appliquée ainsi qu’aux systèmes intelligents de management qui l’a amené à observer l’émergence d’une discipline nouvelle : Internet-Based Global Investing. «Cette discipline est au carrefour de l’informatique, de la statistique, de la psychologie et de la finance. C’est un nouvel écosystème susceptible de contribuer au développement d’innovations majeures dans les domaines de l’information, de l’analyse, de la sélection et du contrôle des investissements. Enfin, c’est une opportunité exceptionnelle pour les investisseurs, tant individuels qu’institutionnels, qui se retrouvent dès à présent au centre de ce j’ai appelé World Street.» Cette nouvelle discipline est née avec Internet. Si l’ordinateur individuel a modifié la gestion de l’information, Internet a révolutionné la gestion de l’épargne mondiale. Il est clair que le paysage financier international a été totalement transformé par le développement de la Toile, et la possibilité ainsi offerte à tous les acteurs des marchés financiers d’être en permanence interconnectés où qu’ils soient sur la planète : investir internet«L’accès instantané à toutes les informations publiées par les intervenants de marchés et par les entreprises cotées, la disponibilité d’outils de diagnostic puissants et la possibilité de passer des ordres d’achat ou de vente de tous les produits financiers en temps réel, contribuent à la création d’un nouvel espace de liberté, d’égalité et de responsabilité. C’est une exceptionnelle opportunité nouvelle de mise en valeur de l’intelligence des entreprises et des compétences de leurs dirigeants – ou de l’expertise de toute personne motivée – au travers du déploiement de stratégies proactives de création de valeur, reposant sur des investissements réalisés dans le monde entier avec Internet.»

(1) Jean-Marie Choffray, chapitre à paraître dans F. Longin, éditeur : Gestion de Patrimoine (Paris, 2011).

Page : 1 2 3 suivante