Luminescences atmosphériques sur Vénus
22/07/11

Passionné de simulation numérique, Arnaud Collet s’est attelé à construire un nouveau modèle de l’atmosphère vénusienne, une étape qui s’avère indispensable pour percer le mystère qui entoure les phénomènes lumineux appelés « luminescences atmosphériques » ou « émissions du ciel » qui s’y produisent. L’avancée apportée par ce travail a retenu l’attention des Editions Universitaires Européennes qui viennent d’en assurer la publication.

VénusC’est principalement la mission spatiale Pioneer Venus de la Nasa qui a ouvert l’exploration de l’atmosphère vénusienne. Lancée en 1978 et à l’œuvre jusqu’en 1992, la sonde a fourni la première cartographie quasi complète de la surface de notre plus proche voisine, avec une précision de 20 kilomètres, ainsi que des observations inédites de ses vents et de sa composition atmosphérique. En 2005, c’est la première mission européenne vers Vénus qui prend son envol : Venus Express avait pour principal but d’investiguer l’atmosphère de Vénus, mais aussi sa géologie et sa surface.

Les données récoltées par Venus Express continuent d’être analysées à l’heure actuelle. Elles ont notamment permis à Arnaud Collet, chercheur dans le Département d’Astrophysique, de Géophysique et d’Océanographie de l’ULg, de construire un modèle de l’atmosphère de Vénus... car si Vénus est parfois considérée comme la jumelle de la Terre, la ressemblance est toutefois limitée à la taille des planètes. Au niveau de son atmosphère et de son climat, Vénus se distingue radicalement de notre oasis terrestre. Son atmosphère est composée d’une opaque couche nuageuse contenant presqu’exclusivement du dioxyde de carbone, avec de faibles quantités de dioxyde de souffre. Dans un climat si hostile, la vie telle qu’elle existe sur Terre est impossible.

La haute atmosphère de Vénus, en particulier celle de la face sombre, présente d’étranges émissions lumineuses qui constituent des indicateurs indirects de la dynamique atmosphérique de Vénus. Ce phénomène est appelé « émission du ciel » (traduit en anglais par « airglow ») et même « émission du ciel nocturne » (ou « nightglow ») lorsqu’il se produit sur la face sombre. On peut en effet parler de face sombre sur Vénus car les nuits vénusiennes durent près de deux mois, dû à une originalité de Vénus : son jour (243 jours terrestres) est beaucoup plus long que son année (223 jours), autrement dit Vénus tourne autour du Soleil plus vite que sur elle-même.

Mission Vénus

Page : 1 2 3 4 5 suivante