Viktoria von Hoffmann

Parcours

De son propre aveu, Viktoria von Hoffmann a toujours été gourmande. Du coup, lorsqu’elle se met à rechercher un sujet de thèse de doctorat, elle pense d’abord à s’attaquer à l’histoire du chocolat. Mais bien d’autres étaient déjà passés par là…

L’historienne souhaitait aborder un sujet inédit, relevant de l’histoire culturelle. Et qui s’éloignait aussi du thème abordé dans son mémoire de fin d’études, à savoir la mémoire et l’historiographie de la guerre civile qui avait opposé Grignoux et Chiroux au XVIIe siècle. De fil en aiguille, elle se rend compte que rien ou presque n’a été écrit sur l’histoire du goût. Les « sensorialités basses » deviendront son cheval de bataille.

Après avoir décroché son doctorat en histoire, art en archéologie en 2010 à l’Université de Liège, elle est aujourd’hui chargée de recherches FNRS au département des sciences historiques de l’Université de Liège et chargée d’enseignement visiteur au sein du département d’histoire des Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix de Namur. Tout en préparant une traduction anglaise de son livre, qui s’intitulera Tasting the World, elle travaille actuellement sur un projet de recherche relatif à l’histoire des sensorialités basses, croisant l’étude du goût et du toucher. Intimement associés dans les cultures anciennes, ces deux sens perçus comme plus corporels que les autres permettent d’interroger les relations culturelles et historiques que les hommes du passé entretiennent avec la matérialité.

Publications

Consulter la liste de publications sur ORBI

Contact

V.vonHoffmann@ulg.ac.be

Voir article(s) et reportage(s)

Une histoire du goût
L'art et le goût