Base de données PhEVER
31/03/11

Rhume, grippe, sida, variole, fièvre jaune, Ebola, hépatite C … Point commun?  Ces maladies sont virales, c’est-à-dire provoquées par des virus. Dotés d’un grand pouvoir d’adaptation à la cellule qu’ils infectent, les virus sont également responsables de l’émergence d’un grand nombre de nouvelles maladies infectieuses. Comprendre le processus rapide d’évolution de la particule virale constitue un défi pour de nombreux champs de recherche, dont le récent domaine de la bioinformatique, véritable carrefour disciplinaire où collaborent biologistes, informaticiens, mathématiciens et physiciens. Afin de mieux appréhender l’interaction entre le virus et la cellule infectée, plus précisément le processus d’échange de matériel génétique entre les deux entités responsable de l’apparition de nouvelles fonctions virales ou cellulaires,  des chercheurs spécialisés en bioinformatique, dont la biologiste Leonor  Palmeira de l’Université de Liège,  ont développé la base de données PhEVER.


Un grand nombre de maladies infectieuses sont déclenchées par des virus. Quelle est la différence entre un virus et un autre agent pathogène pour l’homme, tel qu’une bactérie ? La bactérie est une cellule, alors que la particule virale consiste simplement en une ou plusieurs molécules d’acides nucléiques, sous forme d’ADN ou d’ARN selon le type de virus, protégées par un assemblage protéique nommé capside.  Pour se multiplier, la particule virale a donc besoin d’une cellule « hôte », une cellule qu’elle pénètre afin d’en détourner, à son profit, une partie de la machinerie. Une autre propriété importante des virus est leur capacité à recombiner leur programme génétique entre eux, donnant ainsi naissance à de nouvelles souches, et  à de nouvelles maladies. Outre cela, l’échange de matériel génétique peut également se produire entre l’entité virale et sa cellule hôte. En effet, lorsqu'un virus pénètre dans une cellule, il libère ses molécules d’acides nucléiques à l'intérieur de celle-ci et des échanges avec le matériel génétique de la cellule (l'ARN du cytoplasme ou l'ADN du noyau) peuvent alors se produire. Certaines de ces acquisitions peuvent être très bénéfiques pour un virus qui reçoit un gène lui permettant de mimer une fonction cellulaire tout en la détournant à son profit. Mais comment l’échange est-il maintenu au cours de l’évolution ?

Structure virus

Page : 1 2 3 4 suivante