Les effets de l'exposition in utero au tabagisme sur les futurs asthmatiques
17/02/11

Alors que certains effets sur les enfants dont les mères fumaient pendant leur grossesse sont connus, aucune donnée relative à l'impact de l'exposition _in utero_ au tabagisme sur l'efficacité du traitement chez les enfants asthmatiques n'avait été publiée. Ceci a changé récemment, grâce à un important projet de recherche auquel Kristel Van Steen a pris part. 

fumeuseIl est difficile de croire qu'aujourd'hui l’on puisse encore ignorer les effets néfastes du tabagisme. Nous sommes loin du cinéma des années 1950 et 1960, où il semblait presque obligatoire pour tous les acteurs à l'écran de tenir une cigarette et où les opérateurs de caméra devaient éprouver des difficultés à faire un gros plan à travers les épais nuages de fumée bleue. Fumer dans les lieux publics a fait l'objet de divers actes de législation ces dernières années dans la plupart des pays européens, sinon tous, même si cette législation a des effets différents selon les pays. En Belgique, cette restriction a même eu un impact sur le Grand Prix annuel de Formule Un à Spa Francorchamps, très populaire parmi les spectateurs et les pilotes, qui a plusieurs fois été menacé de perdre sa place dans le calendrier international en raison de l'omniprésence de la publicité pour le tabac dans le circuit F1. Et la statue grandeur nature de l'emblématique Lucky Luke, qui orne l'entrée du Centre Belge de la Bande Dessinée à Bruxelles, a depuis longtemps vu sa cigarette, marque déposée du héros, enlevée de sa bouche !

Ces quelque dix dernières années, les effets du tabagisme passif ont également commencé à avoir un impact sur la sensibilisation du public. Pendant longtemps, cet aspect a été dans une certaine mesure relégué en marge du débat, peut-être en partie à cause des arguments ambivalents sur les droits et libertés des fumeurs individuels de faire ce qu'ils veulent où ils veulent, tant qu'ils restent dans les limites légales, et également en partie à cause de la résistance de la part des sociétés de brasserie aussi puissantes et influentes, qui s'inquiétaient de voir les gens rester à l'écart des bars et autres débits de boissons où les gens fumaient, et donc de voir leur chiffre d'affaires baisser. Mais les effets nocifs du tabagisme passif sont maintenant généralement aussi reconnus que ceux du tabagisme direct.

Et pourtant. Malgré cette sensibilisation accrue et un accord général sur l'impact négatif du tabagisme, des gens persistent à prendre plaisir à fumer, avec un sentiment de culpabilité ou pas, et dans cette catégorie se trouvent aussi parfois des femmes qui sont enceintes. Le tabagisme passif est évidemment une préoccupation majeure en termes de tabagisme chez les femmes enceintes, accompagnée de fortes inquiétudes concernant les effets à court terme et à long terme de leur consommation de tabac sur leurs enfants. Compte tenu des effets évidents de l'inhalation de fumée et de nicotine sur les poumons des fumeurs adultes, et de l'incidence importante des cancers du poumon chez les fumeurs de longue durée, il est surprenant que peu d'études aient examiné les effets de l'exposition in utero au tabagisme sur la fonction pulmonaire des enfants souffrant d'asthme, et que peu de données relatives à l'impact de l'exposition in utero au tabagisme sur les résultats du traitement chez les enfants asthmatiques aient été publiées. Un article récent publié en 2010 dans The Journal of Allergy and Clinical Immunology (1) a dans une certaine mesure comblé cette lacune. L'article publie les résultats d'une étude à long terme réalisée aux États-Unis, et a obtenu beaucoup d'attention de la part des médias quand il a été publié. Kristel Van Steen, professeure associée de bioinformatique à l'Université de Liège, a joué un rôle clé dans cette recherche, en y apportant son expertise en bio-statistiques. Des études avaient déjà montré que les enfants dont les mères avaient fumé pendant la grossesse peuvent courir un risque accru de développer un asthme. L'importance de cette nouvelle étude est qu'elle montre que ces enfants peuvent également tirer moins d'avantages des médicaments stéroïdes inhalés qui sont principalement utilisés pour prévenir les crises d'asthme.

 (1) ‘In utero Smoke Exposure and Impaired Response to Inhaled Corticosteroids in Children with Asthma’ in The Journal of Allergy and Clinical Immunology, septembre 2010 : Vol. 126 

Page : 1 2 3 4 suivante