Brigitte Malgrange

Parcours

En entamant des études de pharmacie à Paris, ville où elle est née et où elle a grandi, Brigitte Malgrange n’avait absolument pas l’intention de se destiner à la recherche. En revanche, elle se voyait très bien travailler en officine. Sur ce plan-là, on peut dire que ses plans ont échoué : l’ex-parisienne mène, à Liège, une belle carrière de chercheuse !

Après être devenue docteur en pharmacie, en 1989, Brigitte Malgrange a réussi, l’année suivante, un DEA européen de toxicologie fondamentale et appliquée. Parallèlement à un passage chez Rhône Poulenc Rorer, en France, elle débute des recherches dans le service du Pr Moonen, à l’ULg et se lance dans l’obtention d’un doctorat en Sciences biomédicales expérimentales, obtenu en 1994 à l’université de Liège sur le thème : «Utilisation de la culture in vitro, pour l’étude de la neuro et de l’ototoxicité et l’élaboration de stratégies thérapeutiques neuro et otoprotectrices».Depuis lors, elle n’a plus quitté l’université liégeoise.

Elle est, depuis 2009, directeur de recherches FNRS. Tout en dirigeant mémoires et thèses de doctorat, l’actuelle directrice du Giga-neurosciences continue à privilégier comme domaines de recherches les neurosciences, l’oto-rhinolaryngologie, la biologie cellulaire, la neurogénèse et la culture cellulaire.

Brigitte Malgrange a remporté plusieurs prix, dont le prix Galien en 1996, ainsi que le Prix Alverenga de Piauhy (en 2004) et le Prix comte de Launoit des Amis de l’Université de Liège (en 2005) pour le mémoire intitulé « Différenciation, protection et régénération des cellules ciliées et des neurones auditifs des mammifères».

Publications

Consulter la liste de publications sur ORBI

Contact

bmalgrange@ulg.ac.be

Voir article(s) et reportage(s)

Des mini-séquences d’ARN pour réparer l’ouïe ?
Régénérer des cellules de l’oreille interne
Mieux comprendre la surdité
Le cil primaire sur le gril (ULg.TV)