La bande dessinée, un art devenu adulte
19/11/10

Face à la tradition franco-belge, dont la pérennité est assurée par des personnages consacrés comme Tintin, Spirou, Gaston ou Lucky Luke, une bande dessinée alternative s'est développée sans pour autant renier ses origines. Ce champ artistique est aujourd'hui devenu un domaine pluriel, varié, trop large pour le placer arbitrairement sous une étiquette "franco-belge". Une appellation qui semble aujourd'hui bien désuète.

COVER BD ContempoPeut-on aujourd'hui encore parler avec pertinence d'une bande-dessinée franco-belge? Après avoir lu "La Bande dessinée contemporaine", dossier abondamment illustré codirigé par Björn-Olav Dozo, chargé de recherches F.R.S-FNRS au département de langues et littératures romanes de l'ULg et Fabrice Preyat de l'ULB, l'idée d'une communauté d'auteurs amassés sous une même enseigne et proposant une bande dessinée homogène, répondant aux mêmes codes, fond comme neige au soleil. Dans l'ensemble, l'ouvrage appréhende son objet sous l'angle de la sociologie de l'industrie culturelle. Industrie culturelle qui y est définie très justement par Benoît Berthou (Université de Paris 13) comme répondant d'un équilibre contradictoire entre les aléas inhérents à la production artisanale et les impératifs économiques d'une industrie commerciale. Équilibre basé sur le compromis et sur la gestion du temps, du délai, qui évolue et qui bascule d'un côté ou de l'autre en fonction des époques, des dispositifs mis en place, et de l'ambition des dirigeants.

L'éclatement de la bande dessinée

L'ouvrage, à l'image de la bande dessinée d'aujourd'hui, propose un ensemble de contributions variées, qui permettent toutefois rapidement de dégager des grandes lignes sur la situation actuelle de la bande dessinée dans nos contrées. Au fur et à mesure des années, elle s'est constituée une histoire et une légitimité interne et externe à son champ. Elle s'est diversifiée pour devenir un médium à part entière, à l'instar du cinéma ou de la littérature. Médium au sein duquel sont venus se bousculer des trames et des codes stylistiques qui n'avaient comme point commun que leur émancipation d'une vocation strictement dédiée à la pédagogie de la jeunesse, divertissement certes, mais cadenassé par des impératifs conservateurs et religieux. "Cette évolution remonte aux années septante avec des maisons d'édition comme Futuropolis et des magazines comme Pilote, développe Björn-Olav Dozo. Elle s'inscrit dans la mouvance sociale et artistique de la contre-culture, luttant contre une institution soit mercantile soit bien pensante. Ces éditeurs développaient un éthos littéraire, publiaient des BD pointues. Ce n'est pas un hasard non plus si cette bande dessinée, qui s'adresse à un autre public, émerge ces années-là. Parallèlement, la société voit se créer une nouvelle classe sociale, celle de l'adolescent qui s'émancipe de la structure familiale, qui reçoit de l'argent de poche et vers qui sont axées les productions culturelles de cette contre-culture, du rock au cinéma indépendant en passant par la bande dessinée." L'engouement et l'optimisme de l'époque sont énormes. On parle d'une autonomisation de ce champ artistique, de consécration. Ce sont des concepts que l'on retrouve en 1975 dans un article fondateur de Luc Boltanski, "La constitution du champ de la bande dessinée". Mais dans les années 80, tout s'effondre. Même les maisons les plus légitimes comme Futuropolis doivent mettre la clé sous la porte. Il y a un repli des maisons d'édition vers des œuvres plus académiques, garantissant un succès fort et immédiat. Quelques années plus tard, des auteurs plus jeunes font renaître les espoirs des amateurs de BD alternative. Comme l'explique Björn-Olav Dozo, "les années nonante ont amené une nouvelle génération d'auteurs qui ont contribué davantage à un renouveau du médium. Leur style n'était pas comparable, mais ils se ressemblaient par leur distance assumée prise par rapport à la production de masse. Ont alors émergé de nouvelles maisons d'édition indépendantes comme L'Association ou Ego comme X."

Page : 1 2 3 4 5 suivante