Des preuves de vie datant de 3,2 milliards d’années !
12/03/10

La communauté scientifique s’accorde pour faire remonter les premières preuves de vie incontestées sur Terre à 2,7 milliards d’années. Au-delà, c’est la foire d’empoigne. Mais la biologiste et géologue de l’ULg Emmanuelle Javaux et deux de ses collègues américain et canadien ont réussi à remonter le temps. Leur découverte : des microorganismes - donc des preuves de vie terrestre -, qu’ils ont datés, preuves à l’appui, à 3,2 milliards d’années. Une première mondiale, qui valait bien une publication dans la revue Nature.

L’on savait que la vie était apparue fort tôt sur la Terre, mais les scientifiques ne s’accordent pas sur la date exacte. Il est toutefois communément admis de la faire remonter à la fin de l’Archéen (la période médiane du Précambrien), autour de 2,7 milliards d’années, après une intense période de bombardement de météorites. Au-delà, la controverse fait rage. Mais pour la première fois, une équipe composée du spectroscopiste Craig P. Marshall, de l’université du Kansas, d’Andrey Bekker, géologue et géochimiste de l’université du Manitoba, spécialisé dans les isotopes du carbone et de la biologiste et géologue Emmanuelle Javaux de l’Université de Liège, spécialisée en micropaléontologie, a découvert des microorganismes, de taille relativement grande, cohabitant avec des tapis microbiens dans la zone photique (encore accessible aux rayons du soleil) de milieux marins côtiers datant de…3,2 milliards d’années ! En clair : des preuves incontestables de vie remontant à cette époque1.

Quelques repères. Il y a 4,56 milliards d’années, apparaissent au sein du système solaire les premières planètes telluriques, dont la Terre, Mercure, Venus et Mars. L’oxygène est, quant à lui, apparu sur la Terre il y a environ 2,5 milliards d’années avec l’apparition de cyanobactéries qui font de la photosynthèse et rejettent de l’oxygène. Par leur métabolisme, elles vont profondément modifier la planète et favoriser l’évolution d’organismes vivants plus complexes (eucaryotes). Les premières manifestations de vie terrestre précisément, qui ne soient pas soumises à controverses, remontent à 2,7 milliards d’années. Les colonisateurs primaires de la Terre étaient les bactéries et les archées, que l’on nomme les procaryotes car elles ne disposent pas de noyau. Les eucaryotes, ces organismes uni- ou multicellulaires disposant, eux, d’un noyau, d’un cytosquelette et d’organites, apparaissent il y a au moins 1.9 milliards d’années, ou de façon controversée depuis 2.7 milliards d’années. Dans ses recherches, Emmanuelle Javaux s’intéresse précisément à ces petits organismes, tâchant, plus précisément, de savoir et de comprendre quand et comment ces trois groupes sont apparus et ont évolué sur Terre. Sa période de recherche est le Précambrien, qui comprend lui-même trois périodes distinctes : l’Hadéen (4,56 à 4 milliards d’années), l’Archéen au cours de laquelle la vie est apparue (de 4 à 2,5 milliards) et enfin le Protérozoïque (de 2,5 milliards à 544 millions d’années), lui-même subdivisé en Paléo-, Méso- et Néoprotérozoïque.


 

Page : 1 2 3 suivante