Les mystères d’une goutte de lait
07/10/09

Accroître une valeur d’élevage

«A moyen terme, c’est toute la valeur d’élevage qui pourrait être concernée par une telle stratégie, insiste Hélène Soyeurt. Pour l’exploitant, il devient en effet plus aisé de sélectionner une race et des individus à l’intérieur de cette dernière. Bref, de savoir exactement quel taureau et quelle vache il faut coupler pour obtenir le résultat espéré, avec l’espoir de voir, à terme, des vaches engendrer une descendance possédant des qualités identiques aux leurs.»

«En fait, l’idée de base consiste à fournir des outils de gestion aux éleveurs prêts à s’impliquer dans un programme destiné à rationaliser l’alimentation de leurs troupeaux et à développer un lait de qualité nutritionnelle supérieure grâce à de ‘bonnes’ vaches, robustes, ne nécessitant pas, ou pas trop, de soins vétérinaires»
, précise Hélène Soyeurt, qui reste très vigilante face aux répercussions possibles de la sélection génétique ! «En cette matière, pour éviter toute déconvenue ultérieure, il est indispensable de privilégier une approche globale», prévient-elle.

«Le lait possède un équilibre naturel : si l'on y modifie un élément, on en change forcément d’autres, rappelle Hélène Soyeurt. Cela peut avoir des conséquences sur la santé humaine, tout comme sur celle de l’animal. Une étude européenne en cours intitulée RobustMilk nous permettra de vérifier si une vache au profil riche en graisses insaturées est toujours en bonne santé. En effet, en dépit de nos désirs d’améliorer la valeur de la production, nous devons rester prudents et considérer l’impact possible des choix que nous opérons lors des sélections génétiques. La longévité, la fertilité, la santé à long terme de l’animal ou, tout simplement, les divers paramètres du lait qu’il va fournir, peuvent en effet être affectés, et pas forcément de manière favorable. Il ne suffit pas de produire un lait plus riche en minéraux ou en bonnes graisses : encore faut-il proposer un lait d’une bonne qualité générale. De même, il serait plus que fâcheux de sélectionner des animaux et de s’apercevoir, quinze ans plus tard, qu’ils posent une foule de problèmes ! J’aimerais également mener une étude pour voir ce qui, au niveau de l‘ADN, rend certaines vaches meilleurs que d’autres, complète-telle. Sans parler de tout ce que nous ignorons encore sur le lait et qu’il reste à découvrir.» De quoi assurément, continuer à remplir des petits pots de lait.

 

vaches

 

Page : précédente 1 2 3 4 5