Le dualisme cartésien est-il mort ?
12/06/09

«En 2007, Pim van Lommel a écrit un livre intitulé Eindeloos bewustzijn (La conscience à l'infini), dont la traduction française paraîtra en 2010 chez Robert Laffont,En fait, les développements de cet ouvrage n'ont rien de scientifique et les études auxquelles se réfère son auteur sont inexistantes ou non contrôlées. Le problème est que Pim van Lommel, qui fut essentiellement un cardiologue clinicien, se présente comme un homme de science. Véhiculant un message agréable – une âme qui survit après la mort –, ses théories rencontrent un vif succès auprès du public, avec le risque de conséquences dommageables dans les domaines du don d'organes, de l'acharnement thérapeutique et des critères de définition de la mort, laquelle, rappelons-le, est assimilée à la mort cérébrale ou, selon l'ancienne terminologie, au coma dépassé.» rapporte Steven Laureys.

Laureys et van Lommel jouent leur propre rôle dans un téléfilm (Julia's Hart – en français, Le cœur de Julie) qui vient d'être diffusé sur la chaîne de télévision publique néerlandaise VPRO. van Lommel y met en question l'absence de conscience dans l'état de mort cérébrale, point sur lequel il est contredit par le neurologue liégeois.

ascension empyréePour étayer ses thèses, Pim van Lommel se fonde essentiellement sur les expériences dites de décorporation et, en particulier, sur le fait que nombre de personnes ayant connu une NDE affirment s'être vues, d'une position surélevée, en train d'être réanimées. De telles descriptions se rencontrent dans toutes les cultures, mais faut-il leur donner pour autant une connotation «magique», en conclure que la conscience est dissociée de la matière ? Non, estime Steven Laureys, qui les considère simplement comme l'expression d'une réalité physiologique de nature à changer notre perception du monde.

Des données scientifiques collectées par hasard et les recherches expérimentales menées sur le sujet corroborent son opinion. Un article intitulé Stimulating illusory own-body perceptions(6), paru en 2002 dans Nature, montre comment une équipe suisse a provoqué involontairement un vécu de NDE chez une patiente épileptique par une stimulation au niveau de la région temporo-pariétale droite. Ce résultat, qui établit une corrélation entre le fonctionnement cérébral et le «ressenti» d'une expérience proche de la mort, a été confirmé par une équipe anversoise(7) en 2007. De surcroît, des expériences effectuées aux Pays-Bas et en Scandinavie, selon la méthodologie scientifique, démystifient également les NDE. En effet, les chercheurs placèrent des objets sur des armoires, de sorte que ceux-ci ne pouvaient être vus que d'une position surélevée. Si leur présence avait été rapportée par les patients relatant un épisode de décorporation, une conclusion se serait imposée : le corps et l'esprit sont dissociés. Mais voilà, jamais il n'en fut ainsi...

 

(6) O. Blanke, S. Ortigue, T. Landis, M. Seeck, Stimulating illusory own-body perceptions, dans Nature, 19 septembre 2002 ; 419(6904) : 269-70.
(7) D. De Ridder, K. Van Laere, P. Dupont, et al., Visualizing out-of-body experience in brain, N. Engl. J. Med., 2007, 357, 1829-1833.

 

Page : précédente 1 2 3 4 5 6